Malteries Soufflet a pris 60 % du capital de la société brésilienne Malteria do Vale. « Cet accord s'inscrit dans la continuité d'un lien tissé au fil des ans entre les deux sociétés », souligne Soufflet dans un communiqué du 13 août.

Malteria do Vale était jusqu'à présent propriété de la famille Landmann, qui entretient depuis plus de 30 ans des relations d'affaires avec le Groupe Soufflet, dont elle est le représentant exclusif pour ses malts au Brésil. A la suite de cet accord, les Landmann resteront aux côtés de Malteries Soufflet, qui devient actionnaire majoritaire de l'entreprise à hauteur de 60 %.

« Malteria do Vale dispose, depuis l'an 2000, d'une malterie très moderne, d'une capacité de production de 105.000 tonnes. Cette usine est située à 130 km de Sao Paulo. Elle s'appuie sur un silo portuaire d'une capacité de 20.000 tonnes qu'elle détient à San Sebastian, pour importer les orges de brasserie principalement d'origine Argentine. »

« La malterie approvisionne essentiellement les brasseries du sud-Brésil, situées dans les états de Sao Paulo et de Rio de Janeiro. Les productions de Malteria do Vale sont donc parfaitement complémentaires des ventes de malts français déjà opérées depuis longtemps par Malteries Soufflet pour la partie nord du pays dans la région de Recife. »

« Avec cette nouvelle implantation, Malteries Soufflet met pour la première fois le pied sur le continent sud-américain, dans un pays en plein essor : 3e marché mondial de la bière (derrière la Chine et les USA), le Brésil offre de belles perspectives de développement, dans un pays aujourd'hui encore importateur de quantités importantes de malts. »

Malteries Soufflet dispose aujourd'hui de 26 malteries dans l'UE, la Communauté des Etats Indépendants (CEI) et en Amérique latine, pour une capacité annuelle de production de malt de 2.145.000 tonnes.

Malteria do Vale produit annuellement 105.000 tonnes. En plus d'avoir construit une malterie « de classe mondiale » au Brésil, la société a été pionnière dans le développement de variétés d'orge brassicole dans l'état de Sao Paulo et travaille sur un programme qui développe de nouvelles variétés en Argentine, dont la première a été lancée commercialement cette année, précise encore le communiqué.