La sécheresse a tout d’abord considérablement impacté les nappes phréatiques. « S’il ne pleut pas de manière significative à l’automne, on peut craindre des difficultés sur la recharge des nappes phréatiques, estime Joël Limouzin, président de la commission de gestion des risques de la FNSEA qui fait le point sur les dégâts causés par la sécheresse et la canicule. Cela va dé...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
11%

Vous avez parcouru 11% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !