A l'occasion de son assemblée générale du 20 juin 2013, l'association nationale Farre a fêté ses vingt ans d'existence mais « a surtout redéfini ses missions en élargissant ses champs de compétence », indique un communiqué diffusé vendredi.

« Un nouveau projet, une nouvelle charte des membres agriculteurs, un nouveau conseil sociétal, un nouveau nom : le Forum des agriculteurs responsables respectueux de l'environnement est né. »

« En 20 ans, l'univers agricole a considérablement changé. Les rapprochements entre agriculture et environnement ont progressé. Prenant acte de cette évolution, et souhaitant toujours garder le cap sur l'avenir et le progrès, l'association Farre a choisi de redéfinir ses missions. Si l'agriculture raisonnée a ouvert la voie des bonnes pratiques, Farre a décidé d'élargir cet horizon aux différentes pratiques d'agriculture durable. Farre devient ainsi le Forum des agriculteurs responsables respectueux de l'environnement. »

« Les agriculteurs membres de l'association respecteront désormais la charte des "médiateurs des champs", par laquelle ils s'engagent à agir en faveur de l'environnement et du développement durable à travers leurs pratiques agricoles et leurs actions mais aussi à témoigner et transmettre une vision globale de leur métier. »

S'ouvrir aux autres

« Cette ouverture à d'autres univers va également concerner les instances de l'association. Ainsi, le conseil scientifique de Farre, qui avait notamment contribué en son temps à établir les bases techniques de l'agriculture raisonnée, va évoluer vers un conseil sociétal réunissant, dans un panel très large, les différentes facettes de la société s'intéressant à l'agriculture et l'environnement. »

« Notre Forum, afin d'avoir toujours le temps d'avance que chacun lui reconnaît, souhaite avec son nouveau projet passer à une autre étape et élargir sa mission afin de la rendre plus fédératrice et plus conforme à la réalité des agricultures qui coexistent aujourd'hui. Nous assurerons donc désormais la promotion de l'ensemble des bonnes pratiques respectueuses de l'environnement dans une agriculture que l'on peut qualifier de responsable », précise Christophe Grison, président de Farre, cité dans le communiqué.