C'est pour saluer une filière en pleine croissance que Ségolène Royal et Stéphane Le Foll se sont déplacés mercredi. La bio affiche des surfaces en hausse de 9 % entre 2012 et 2013, et une croissance identique en termes de produits vendus (en valeur). Le secteur compte désormais 130.000 ha en conversion qui s'ajoutent aux 932.000 ha certifiés.

La ministre de l'Ecologie a félicité « l'ensemble du monde agricole et rural qui prend ce tournant », estimant que « l'agriculture bio s'inscrit complétement dans la transition écologique [et] comporte tous les aspects du développement durable. » Elle a souligné la dimension créatrice d'emplois, ajoutant : « C'est ce que j'appelle la croissance verte. »

Ségolène Royal a indiqué son souhait de voir la bio se développer dans les zones à enjeu qualité de l'eau : « J'ai demandé que, dans les comités de bassin, le secteur bio soit représenté en tant que tel », a-t-elle annoncé.

Stéphane Le Foll a souligné de son côté que 160 millions d'euros en moyenne sont mobilisés chaque année sur le plan Ambition bio. Ce qui ne suffit pas tout à fait à rassurer les acteurs de la filière. Dans le cadre de la nouvelle Pac, la balle est dans le camp des régions pour décider ou non d'octroyer une aide au maintien de l'agriculture biologique. Or certaines régions ont déjà annoncé qu'elles n'activeront pas cette mesure.

Toutefois, ce sont d'abord les consommateurs qui permettront à la bio de continuer à se développer. Les ministres de l'Agriculture, de l'Ecologie et de la Santé ont décidé ensemble de trouver de nouveaux débouchés : « On va faire des propositions pour ouvrir la restauration collective, en particulier celle des hôpitaux, aux produits de l'agriculture bio », a annoncé Stéphane le Foll.

A télécharger : les derniers chiffres sur la bio (Agence bio, 28 mai 2014)

B.L.