Une analyse comparée Etats-Unis/Union européenne publiée mardi par Momagri, think-tank plaidant pour une nouvelle vision de l'agriculture mondiale, montre un avantage économique équivalent à 50 Airbus A380 en faveur des farmers américains. En cause, les politiques monétaires et de change.

« Il est essentiel de prendre en compte ces variables de change et monétaires dès le prochain G20 car les marchés agricoles, devenus plus instables avec la spéculation, sont porteurs d'une nouvelle crise financière et alimentaire, estime Pierre Pagesse, le président de Momagri. Sans compter que la menace d'une libéralisation sans régulation du commerce agricole international est toujours présente à l'OMC. »

A la veille du sommet du G20, Momagri souhaite que la communauté internationale prenne en compte l'impact des déséquilibres monétaires et de change sur le secteur agricole.

« Les taux de change et les taux directeurs définis par les Banques centrales sont devenus, dans des proportions inconnues jusqu'alors, des variables essentielles à la compétitivité agricole », justifie le think-tank.

Sa comparaison montre que :

- la sous-évaluation du dollar par rapport à l'euro a constitué ces deux dernières années un soutien indirect pour l'agriculture américaine, évalué à 17,8 milliards de dollars en 2008 et 14,4 milliards de dollars en 2009 ;

- les taux d'intérêt plus avantageux pratiqués par le Banque centrale américaine (la Fed) par rapport à ceux de la Banque centrale européenne (BCE) se sont traduits par un avantage de 2,9 milliards de dollars en 2008 et 106 millions en 2009 pour les farmers américains.

Cela représente au total 20,7 milliards de dollars en 2008 et 14,5 milliards de dollars en 2009, soit l'équivalent de 6,5 % et de 5 % de la valeur de la production agricole américaine. « Ceux qui subissent ces déséquilibres sont soumis à des pressions permanentes qui s'aggravent d'autant dans les périodes de forte volatilité des prix », constate Christian Pèes, vice-président de Momagri.

Retrouvez l'essentiel des résultats dans la note ci-après. Elle marque une première étape dans le cadre du projet de développement de Momagri d'une Agence de notation sur l'agriculture agriculture et ses enjeux.

A télécharger :

A.De.