« On n’a pas tenu compte du contexte », s’agace Louis Robatel, avocat de deux fromagers du marché de Saint-Quentin à Paris qui se sont portés partie civile aux côtés du boucher agressé. Le procureur n’a requis que du sursis pour les deux militants qui ont déversé du sang sur la vitrine d’un boucher su marché de Saint-Quentin. Comme dans beaucoup d’affaires similaires, cette peine est...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
37%

Vous avez parcouru 37% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !