Selon une étude publiée dans la revue Nature le 11 novembre 2019, toutes les communautés de mauvaises herbes n’impactent pas le rendement des cultures de la même manière. Les chercheurs ont montré que, pour certaines d’entre elles, lorsque la biomasse des adventices est équitablement répartie entre les espèces présentes, la compétition avec la culture est réduite. « Dans ce cas, les pertes...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
51%

Vous avez parcouru 51% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !