« Nous avons besoin de plus de temps pour parler, a affirmé la commissaire lors d’un point presse en marge de la réunion annuelle de l’OCDE. Nous sommes prêts à commencer et nous disposons d’un mandat, mais je ne crois pas que les États-Unis soient prêts à commencer des négociations sur les taxes douanières. »

Une première rencontre à Paris

Cecilia Malmström, qui avait annoncé vendredi que l’Union européenne était prête à négocier « un accord commercial limité incluant les voitures » avec les États-Unis, s’est entretenue à ce propos avec Robert Lightizer à Paris. Elle lui a rappelé que l’agriculture ne faisait pas partie de son mandat.

« C’était notre première rencontre depuis que nous avons reçu le mandat des États membres, a-t-elle rappelé. Nous avons parlé de ce qui figurait dans nos mandats, de nos attentes », a-t-elle ajouté, soulignant qu’il subsistait des « différences ». Donald Trump a finalement accordé un sursis de six mois à Bruxelles pour négocier, faute de quoi il infligerait des droits de douane supplémentaires.

AFP