La France, l’Allemagne et l’Espagne ont plaidé, vendredi 11 décembre, pour davantage de souplesse de la part de l’UE en matière d’autorisations d’aides d’État pour permettre notamment aux régions rurales d’avoir accès à un internet plus rapide.

« L’absence d’accès au réseau, qu’il soit fixe ou mobile, est vécu légitimement comme une source d’inégalités entre les territoires », notamment pour les ruraux, a expliqué la secrétaire d’État française au Numérique, Axelle Lemaire, au cours d’une réunion avec ses homologues européens à Bruxelles.

« Pour y répondre, il faut mobiliser tous les types de financements disponibles : encourager l’investissement privé quand c’est possible et autoriser le recours aux investissements publics de manière souple et non dogmatique dans les zones plus reculées, mal couvertes, là où l’investissement privé n’est pas au rendez-vous, en respectant une concurrence loyale », a plaidé la secrétaire d’État.

Mme Lemaire et ses homologues allemand et espagnol, Matthias Machnig et Victor Calvo Sotelo, ont adressé, lundi 7 décembre, une lettre en ce sens au commissaire Andrus Ansip, chargé du Marché unique numérique, et au commissaire européen pour l’Économie numérique, Günther Oettinger, que l’AFP a pu consulter.

« Combler le fossé entre zones urbaines et rurales »

« Les recommandations concernant les aides d’État européennes sur le haut débit doivent être revues pour combler le fossé numérique entre les zones urbaines et rurales », écrivent les trois responsables gouvernementaux.

Interrogé sur cette question en conférence de presse, M. Oettinger, convenant de la nécessité d’un internet rapide dans les espaces ruraux, a estimé qu’il fallait « permettre le soutien sans pour autant perturber la concurrence », ménageant ainsi la chèvre et le chou. « Nous essayons d’être aussi pragmatiques que possible », a-t-il souligné.

La Commission européenne a présenté, début mai, un vaste plan d’action pour créer un marché unique du numérique, programme ambitieux dans sa portée mais dont les détails ne seront connus progressivement que d’ici à la fin de 2016.

D’après AFP