Deux néonicotinoïdes – l'imidaclopride et la clothianidine – semblent nuire de façon significative aux colonies d'abeilles durant l'hiver, en particulier les plus froids, selon une étude de la Harvard School of Public Health (HSPH) publiée le 9 mai 2014 dans le Bulletin of insectology.

L'étude reproduit une conclusion avancée par le même groupe de recherche en 2012, qui avait mis en évidence un lien entre de faibles doses d'imidaclopride et le syndrome d'effondrement des colonies (SEC) : les abeilles abandonnent leurs ruches pendant l'hiver et finissent par mourir. La nouvelle étude a également révélé que de faibles doses d'un second néonicotinoïde, la clothianidine, avaient le même effet négatif.

En outre, bien que d'autres études aient suggéré que la mortalité liée au SEC dans les colonies d'abeilles pouvait provenir de la diminution de la résistance des abeilles aux acariens ou à des parasites en raison de l'exposition aux pesticides, la nouvelle étude constate que les ruches sujettes au SEC présentaient des niveaux presque identiques d'agents pathogènes qu'un groupe de ruches témoins, dont la plupart des abeilles ont survécu à l'hiver. « Ce résultat suggère que les néonicotinoïdes sont à l'origine d'un autre type de mécanisme biologique chez les abeilles qui, à son tour, conduit au SEC ».

B.C.