La mortalité des abeilles est en hausse en Europe, et dans le même temps le nombre des apiculteurs européens est en déclin, souligne la commission de l'agriculture et du développement rural du Parlement européen (PE) mercredi, dans un communiqué.

Cela « pourrait avoir un impact grave sur la production alimentaire puisque la plupart des plantes et des cultures sont pollinisées par les abeilles », alerte le communiqué. La commission demande donc à l'Union européenne de « renforcer son soutien à la filière apicole, profitant de la prochaine refonte de la Pac ».

Considérant que « 76 % de la production alimentaire et 84 % des espèces végétales dépendent de la pollinisation par les abeilles », la commission de l'agriculture du PE a approuvé mercredi un projet de résolution invitant la Commission européenne à accroître l'aide au secteur de l'apiculture dans la Pac d'après-2013.

Cela passerait par la révision de la législation actuelle, et par une augmentation du soutien financier et des investissements dans la recherche.

De nouvelles règles d'étiquetage, de nouvelles recherches sur la mortalité des abeilles et l'inclusion des maladies des abeilles à la politique vétérinaire de l'UE figurent parmi les recommandations de la résolution.

Les députés européens pressent également la Commission de mettre en place un plan d'action pour lutter contre la mortalité des abeilles. Il comprendrait la promotion de pratiques agricoles plus respectueuses des pollinisateurs, tout en maintenant et en améliorant les programmes de soutien existants. Ils doivent expirer en 2012.

Selon les députés européens, la politique vétérinaire de l'UE doit être modifiée afin d'être en mesure de lutter efficacement contre la mortalité des abeilles. En outre, estiment-ils, l'accès aux méthodes de traitement dans l'ensemble de l'UE « devrait être amélioré grâce à un financement de l'UE ».

Le projet de résolution, qui doit encore être approuvé par le Parlement dans son ensemble, invite la Commission européenne à « soutenir la recherche indépendante sur la mortalité des abeilles et à veiller à ce que toutes les données sur les effets des cultures d'OGM et des produits phytopharmaceutiques sur certaines espèces d'abeilles soient rendues publiques. Enfin, la commission suggère de réviser les règles sur les pesticides afin de permettre l'évaluation des risques d'exposition des abeilles à de telles substances ».

Lire également :

B.V.