Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture a présenté le lundi 18 janvier 2016 le plan de développement durable de l’apiculture rénové. Le ministre a, en effet, décidé en raison du succès de ce plan initié en 2013, de le prolonger pour les deux années qui viennent. « D’ores et déjà sur les 115 actions de ce plan, 77 sont complètement finalisées. Plus de 90 % des actions ont été engagées », précise le ministère.

L’objectif de ce plan complété est de permettre à la filière apicole de continuer à se développer autour d’objectifs partagés avec une véritable stratégie de filière destinées à répondre à la demande du consommateur tant en termes de volumes que d’origine et de qualité.

Ce plan rénové s’organisera désormais autour de quatre axes : la formation, la limitation de l’exposition des abeilles aux facteurs de risque influençant la santé des colonies, l’organisation et l’accompagnement de la filière apicole, mais aussi la formation aux métiers de l’apiculture.

13 millions d’euros par an

Par exemple, une des actions prévues est l’amélioration de la prise en compte de l’exposition aux produits phytopharmaceutiques pour la diminuer en accélérant la mise en application du nouveau document guide de l’Efsa au niveau européen et national. Mais aussi en travaillant avec les semenciers et les utilisateurs agricoles à la mise en place des conditions d’emploi renforcées sur les produits contenant des néonicotinoïdes.

Stéphane Le Foll a également annoncé que le financement des actions en faveur de l’apiculture était maintenu pour les années 2016 et 2017 pour un montant de 13 millions d’euros par an. 7 millions par an sur ces 13 millions seront affectés aux mesures du plan de développement durable de l’apiculture. Le reste des financements aura pour vocation à financer des actions de plus long terme dans le cadre de la stratégie apicole à dix ans.