Dans un communiqué de presse publié le lendemain de son audition à l’Assemblée nationale, la CR assure que la tendance carnivore de l’homme est une réalité qui ne peut être remise en cause, quoi qu’en disent les vegans.

« Il est extrêmement choquant d’affirmer que le lait c’est du sang », s’agace le syndicat. Ce dernier exige de l’État qu’il ne laisse pas les « communications fallacieuses des vegans toucher à l’intérêt général », et rappelle que les abattoirs sont des lieux de mort. « En aucun cas des lieux bucoliques », lance-t-il.

Interrogée sur la vidéosurveillance, la CR indique s’opposer au système, estimant que le problème vient davantage du manque de moyens publics. Elle insiste également sur le rôle des abattoirs dans l’économie territoire. « Un bon maillage territorial des abattoirs devrait être de l’ordre de 100 km, estime le syndicat. L’abattoir mobile doit venir en soutien de ce maillage là où il présente des difficultés particulières. »