Rechercher

 

accueil  Accueil / Actualités / Phytosanitaires/Guadeloupe : la justice autorise la reprise des épandages aériens

Phytosanitaires/Guadeloupe

La justice autorise la reprise des épandages aériens

Publié le mardi 30 octobre 2012 - 16h01

    • agrandirla taille du texte
    • reduire la taille du texte
    • imprimer

Le tribunal administratif de Basse-Terre, qui avait été saisi par le préfet de la Guadeloupe, a autorisé lundi la reprise des épandages aériens de fongicides sur les bananeraies, selon les modalités définies par le dernier arrêté préfectoral.

 

La dilution des fongicides dans un adjuvant huileux, le Banole, demeure donc interdite tant qu'il n'aura pas subi d'évaluation de l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail), obligatoire en cas d'utilisation par épandage aérien, selon le tribunal. Un premier arrêté préfectoral, qui avait autorisé à la mi-juillet l'utilisation du Banole, avait été « suspendu » au début d'octobre 2012 par le juge administratif.

 

Le nouvel arrêté préfectoral du 15 octobre autorise, à l'exclusion du Banole, l'utilisation de trois fongicides (Gardian, Sico et Tilt 250, selon leurs appellations commerciales) et d'un produit qualifié par la préfecture de « stimulateur des défenses », le Bion 50WG selon son appellation commerciale, dans les épandages aériens effectués au-dessus des bananeraies de 18 des 32 communes de l'île.

 

Contrairement au Banole, l'eau qui sera utilisée comme adjuvant ruisselle en ne se fixant pas aux feuilles des bananiers, selon les planteurs. Leur groupement professionnel s'était refusé, malgré l'arrêté préfectoral du 15 octobre, à reprendre les épandages tant que le tribunal ne se serait pas prononcé.

 

Les 210 planteurs guadeloupéens, qui cultivent 2.057 hectares et produisent 61.000 tonnes de bananes d'exportation par an, sont confrontés depuis quelques mois à la cercosporiose noire, un champignon parasite véhiculé par le vent et qui s'attaque aux feuilles des bananiers en mettant en péril leur production.

 

Ce champignon est apparu récemment en Guadeloupe, l'une des rares îles des Caraïbes longtemps épargnées. La cercosporiose jaune, une variété du même champignon, y sévissait depuis plusieurs années déjà. La « lutte contre les cercosporioses du bananier » est rendue « obligatoire » par arrêté préfectoral.

 


Les commentaires de nos abonnés (0)
Connectez-vous pour réagir  Soyez le premier à commenter cet article.
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La France Agricole.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La France Agricole, cliquez sur le lien ci-dessous :

Dernières Actualités
A lire également
Archives agricoles


SERVICES EXPERTS

>Première inscription

Je suis déjà inscrit :
Mon identifiant :
Mon mot de passe :  
| Aide |
puce Identifiants oubliés ?
puce Toutes les offres d'abonnement
> Feuilletez un ancien numéro

TerreNet Occasions - Site occasions agricole
SONDAGE

Définition de l'agriculteur : cotisants solidaires et retraités ont-ils leur place dans un registre professionnel ?

> Tous les Sondages

Archives de
La France Agricole

Recherchez

dans les archives de la France Agricole et

Feuilletez

les numéros depuis 2004

Suivez La France Agricole :
la France Agricole sur Facebook La France Agricole sur twitter La France Agricole sur Google +

Nos offres d'abonnement
simples ou couplées,
à nos publications
hebdomadaires
et mensuelles

> Découvrir nos Offres

Les publications du Groupe France Agricole