Rechercher

 

accueil  Accueil / Actualités / OGM/Mon 810 : réactions en chaîne après l'interdiction provisoire annoncée par le gouvernement

OGM/Mon 810

Réactions en chaîne après l'interdiction provisoire annoncée par le gouvernement

Publié le lundi 19 mars 2012 - 17h31

    • agrandirla taille du texte
    • reduire la taille du texte
    • imprimer



L'interdiction temporaire de la culture du maïs transgénique Mon 810 annoncée le 16 mars 2012 par le gouvernement a été accueillie de façon très diverse. 

 

« Avec cette nouvelle interdiction, le gouvernement persiste et signe dans... l'illégalité, estime l'AGPM (Association générale des producteurs de maïs) dans un communiqué paru lundi. L'organisation agricole a décidé d'attaquer en justice cet arrêté car depuis l'invalidation de la première clause de sauvegarde en novembre 2011, « aucune donnée scientifique nouvelle ne remet en cause l'innocuité de cette innovation ».

 

« Il est urgent de cesser cette distorsion de concurrence entre producteurs de maïs français et certains de leurs voisins européens (espagnols et portugais notamment) et plus largement des pays tiers qui ont accès aux maïs OGM », insistent les maïsiculteurs.

 

Même son de cloche du côté des semenciers qui n'admettent pas « l'entêtement » du gouvernement « puisqu'il n'existe aucune urgence ni danger avérés pour la santé ou pour l'environnement ».

 

« Cette attitude est contraire à la loi OGM de 2008, qui garantit la liberté de cultiver avec ou sans OGM, souligne Régis Fournier, président de la section du maïs de l'Union française des semenciers (UFS). Plus grave encore, cette nouvelle interdiction condamne de fait la recherche par l'impossibilité de mettre en place des essais en plein champ et fait prendre un retard très préjudiciable à notre industrie semencière. » L'UFS a décidé « d'accompagner les agriculteurs dans le recours légal qu'ils déposeront à travers leur syndicat, l'AGPM ».

 

L'AFBV, Association française des biotechnologies végétales, dénonce l'incohérence du gouvernement qui « interdit une innovation qui économise les traitements chimiques sur maïs alors que dans le même temps, il a fixé aux agriculteurs l'objectif de diminuer de 50 % les traitements chimiques d'ici à 2018 ». Selon l'association, la décision du gouvernement fera perdre aux maïsiculteurs 100 euros par hectare.

 

De son côté, Greenpeace a accueilli avec « satisfaction mais prudence » l'annonce faite par le gouvernement. L'organisation souligne en effet « que cette décision tardive et fragile n'a peut-être pas empêché la semaille d'OGM en France au cours des semaines passées ». « Combien de temps durera le montage juridique de la France » s'interroge aussi l'organisation écologiste qui demande aux candidats à la présidentielle de s'engager en faveur d'une « interdiction solide et durable en France ». « Le gouvernement doit immédiatement mettre en place une surveillance étroite afin de s'assurer qu'aucun maïs OGM, désormais illégal, n'ait été planté, et en ordonner la destruction le cas échéant ».

 

José Bové, député européen d'Europe Ecologie-Les Verts, a également salué cette décision, estimant que le gouvernement avait « respecté la parole donnée ». « La nouvelle majorité, quelle qu'elle soit, aura la responsabilité de la prolongation du moratoire sur les OGM et devra garantir aux paysans et aux consommateurs le droit de produire et de consommer sans OGM », lance l'eurodéputé.

 

 

Lire également :

 

I.E.


Mots-clés : ,

Les commentaires de nos abonnés (3)
Connectez-vous pour réagir

Titre

mardi 20 mars 2012 - 09h08

Ce n'est pàas le droit de produire sans OGM, c'est l'obligation: pas la ême chose. M. Bové sait tourner ses phrases. Quant à consommer sans OGM, il me fait bien rigoler car il oublie les montagnes de soja OGM qui sont importées

Aucune donnée...

lundi 19 mars 2012 - 22h11

Aucune donnée scientifique ne peut garantir l'innocuité de cette inovation!!! que ce soit pour les consommateurs ou pour l'environnement!!! Pour les maïsiculteurs, je suggère des formations pour leur apprendre les bases de l'agronomie... Avec un grand chapitre consacré à la rotation des cultures!!! La solution anti insecticide est très simple: un peu d'intelligence paysanne et cesser de répéter bêtement le blabla des semenciers et leurs mensonges!
commentaires agriculteurs

Chrisolas
Voir son profil

LES MIROIRS AUX ALOUETTES...

lundi 19 mars 2012 - 20h14

FAUT-IL A TOUS PRIX DES MAÏS OGM ??? NOUS SOMMES CAPABLES DE RÉALISER DE SUPER RENDEMENTS... 120-130-150 QX/HA EN 2011 DANS DE BONNES CONDITIONS DE CULTURE... N -A-T-IL VRAIMENT PLUS RIEN A AMÉLIORER DANS NOS TECHNIQUES SANS ALLER CHERCHER DES MIROIRS...PEUT ÊTRE AUX ALOUETTES...
commentaires agriculteurs

berber40
Voir son profil

Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La France Agricole.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La France Agricole, cliquez sur le lien ci-dessous :

Dernières Actualités
A lire également
Archives agricoles


SERVICES EXPERTS

>Première inscription

Je suis déjà inscrit :
Mon identifiant :
Mon mot de passe :  
| Aide |
puce Identifiants oubliés ?
puce Toutes les offres d'abonnement
> Feuilletez un ancien numéro

TerreNet Occasions - Site occasions agricole
SONDAGE

Définition de l'agriculteur : cotisants solidaires et retraités ont-ils leur place dans un registre professionnel ?

> Tous les Sondages

Archives de
La France Agricole

Recherchez

dans les archives de la France Agricole et

Feuilletez

les numéros depuis 2004

Suivez La France Agricole :
la France Agricole sur Facebook La France Agricole sur twitter La France Agricole sur Google +

Nos offres d'abonnement
simples ou couplées,
à nos publications
hebdomadaires
et mensuelles

> Découvrir nos Offres

Les publications du Groupe France Agricole