Rechercher

 

accueil  Accueil / Actualités / Marchés d'intérêt national (MIN) : les professionnels veulent préserver l'emploi

Marchés d'intérêt national (MIN)

Les professionnels veulent préserver l'emploi

Publié le mardi 08 juin 2010 - 17h27

    • agrandirla taille du texte
    • reduire la taille du texte
    • imprimer

Sept organisations professionnelles représentant producteurs, commerces de gros et marchés d'intérêt national (MIN) comme Rungis appellent le gouvernement et les parlementaires à préserver les périmètres des MIN pour sauver les 26.000 emplois et 2.250 TPE-PME (très petites et petites et moyennes entreprises), dans un communiqué publié mardi.

 

Cet appel intervient à la veille du début de l'examen au Sénat du projet de loi relatif aux réseaux consulaires, au commerce, à l'artisanat et aux services dont une disposition, votée à la fin d'avril par les députés, permet désormais à un grossiste concurrent d'un MIN de s'installer dans un périmètre jusqu'alors réservé à ces marchés de gros alimentaires.

 

Les députés se sont prononcés pour une suppression pure et simple des périmètres « de référence » (en fait des périmètres de protection) dans les MIN afin de mettre la législation française en conformité avec la directive européenne relative aux services.

 

La Fédération française des MIN, la Confédération française du commerce interentreprises (CGI) ou encore l'Union nationale des syndicats de détaillants en fruits, légumes et primeurs (UNFD) ont décidé d'alerter le gouvernement et les parlementaires sur « les risques sociaux et économiques liés à la suppression des périmètres » des MIN.

 

Les organisations dont également l'UNCGFL (commerce de gros en fruits et légumes), la Fenscopa (commerce de gros en produits avicoles), la FNCPLA (produits laitiers et avicoles) et la FNPF (producteurs de fruits) « s'unissent pour assurer la survie de ces opérateurs employant 26.000 salariés et travaillant en étroite collaboration avec des milliers d'agriculteurs français, dont plus de 4.300 commercialisent directement leurs productions sur les carreaux des MIN ».

 

Pour elles, la suppression envisagée des périmètres de référence les pénaliseraient « pour laisser la place aux centrales d'achat qui, nous le voyons bien, tuent à petit feu les petits producteurs ».

 

A la fin d'avril, la FFMIN avait indiqué qu'elle était favorable à ce que le Parlement entérine le projet de loi élaboré en concertation avec le secrétaire d'Etat chargé du Commerce, Hervé Novelli, et qui aménageait ce périmètre de référence sans le supprimer.

 


Les commentaires de nos abonnés (0)
Connectez-vous pour réagir  Soyez le premier à commenter cet article.
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La France Agricole.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La France Agricole, cliquez sur le lien ci-dessous :

Dernières Actualités
A lire également
Archives agricoles


SERVICES EXPERTS

>Première inscription

Je suis déjà inscrit :
Mon identifiant :
Mon mot de passe :  
| Aide |
puce Identifiants oubliés ?
puce Toutes les offres d'abonnement
> Feuilletez un ancien numéro

TerreNet Occasions - Site occasions agricole
SONDAGE

Grandes cultures : le temps sec risque-t-il d'impacter vos rendements ?

> Tous les Sondages

Archives de
La France Agricole

Recherchez

dans les archives de la France Agricole et

Feuilletez

les numéros depuis 2004

Suivez La France Agricole :
la France Agricole sur Facebook La France Agricole sur twitter La France Agricole sur Google +

Nos offres d'abonnement
simples ou couplées,
à nos publications
hebdomadaires
et mensuelles

> Découvrir nos Offres

Les publications du Groupe France Agricole