« Le secteur laitier, par la contractualisation rendue obligatoire depuis 2010, ne part pas de rien », estime Thierry Roquefeuil, président de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), dans une lettre ouverte publiée le 23 mai. Le syndicaliste attend de la future loi alimentation qu’elle « sanctuarise le dispositif de la loi Sapin 2, votée en décembre 2016, prévoyant que le prix du lait...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
86%

Vous avez parcouru 86% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !