« IL FAUT SUPPRIMER TOUT USAGE PHYTOSANITAIRE POUR LES NÉONICOTINOÏDES. » Dans le contexte d'un déclin prononcé des populations d'abeilles, voilà une demande qui revient de plus en plus souvent sur le devant de la scène. Dernière action en date : le forum « Pour l'interdiction des néonicotinoïdes ! », qui a eu lieu le 24 juin à l'initiative de parlementaires de gauche (Delphine Batho, Gérard Bapt et Jean-Paul...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
48%

Vous avez parcouru 48% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

« IL FAUT SUPPRIMER TOUT USAGE PHYTOSANITAIRE POUR LES NÉONICOTINOÏDES. » Dans le contexte d'un déclin prononcé des populations d'abeilles, voilà une demande qui revient de plus en plus souvent sur le devant de la scène. Dernière action en date : le forum « Pour l'interdiction des néonicotinoïdes ! », qui a eu lieu le 24 juin à l'initiative de parlementaires de gauche (Delphine Batho, Gérard Bapt et Jean-Paul Chanteguet). « Nous, députés et sénateurs, appelons nos collègues de l'Assemblée et du Sénat à voter l'interdiction de tous les néonicotinoïdes sur l'ensemble du territoire français à partir du 1er janvier 2016 », indique en substance le texte, cosigné par une quarantaine de parlementaires. Si l'Union des industries de la protection des plantes (UIPP) se dit favorable aux initiatives pour préserver les insectes pollinisateurs, elle s'oppose à « toute mesure arbitraire visant à supprimer une catégorie entière de produits encadrés et utiles, susceptible de fragiliser la filière agricole dans son ensemble ».

C. FRICOTTÉ