Un kilomètre. C’est la distance qui sépare le sol français des deux sangliers retrouvés morts positifs à la peste porcine africaine (PPA) le 8 janvier dernier, entre les communes belges de Sommethonne et Meix-devant-Virton. Et pour ne rien arranger, « les experts scientifiques confirment que le virus avance d’au moins deux kilomètres par mois », rapporte Anne-Sophie Tihon, du cabinet de René Collin, ministre wallon...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
9%

Vous avez parcouru 9% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !