Des parcours déserts, des salles de gavage silencieuses… L’influenza aviaire a mis la filière palmipède à genoux. Vu l’état des trésoreries, il n’est pas envisageable que le proverbe « Jamais deux sans trois » se vérifie. Pour cela, il faut comprendre d’où vient ce virus et comment il se propage, afin d’adapter les pratiques pour s’en protéger.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
9%

Vous avez parcouru 9% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !