La Plateforme glyphosate France (PGF), regroupement d'industriels (Monsanto, Dow, Syngenta...) commercialisant des pesticides à base de glyphosate comme le Round-up, « n'accepte pas » la récente classification du glyphosate comme « cancérogène probable » par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ). Elle estime que « l'évaluation ayant débouché sur ce résultat démontre de sérieuses...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
Si vous êtes abonné, cliquez ici pour vous connecter et poursuivre la lecture
100%

Vous avez parcouru 100% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !