La Plateforme glyphosate France (PGF), regroupement d'industriels (Monsanto, Dow, Syngenta...) commercialisant des pesticides à base de glyphosate comme le Round-up, « n'accepte pas » la récente classification du glyphosate comme « cancérogène probable » par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ). Elle estime que « l'évaluation ayant débouché sur ce résultat démontre de sérieuses...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
100%

Vous avez parcouru 100% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !