Le 17 avril, le Parlement européen a adopté le plan protéines qui avait été proposé par sa commission de l’agriculture. Il vise à augmenter l’autonomie protéique de l’UE en valorisant les cultures riches en protéines, mais aussi les légumineuses à graines, les surfaces fourragères et en herbe. Pour Jean-Paul Denanot, rapporteur du texte, c’est un message fort envoyé à la...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
94%

Vous avez parcouru 94% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !