Pour les éleveurs des ex-zones défavorisées simples, exclus du nouveau zonage, la baisse de l’indemnité sera progressive. Comme le prévoient les textes européens, ils percevront encore 80 % de l’ICHN en 2019 puis 20 % en 2020. Problème : le règlement européen fixe comme référence le paiement moyen sur la période 2007-2013. À l’époque, l’ICHN était moins é...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
84%

Vous avez parcouru 84% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Pour les éleveurs des ex-zones défavorisées simples, exclus du nouveau zonage, la baisse de l’indemnité sera progressive. Comme le prévoient les textes européens, ils percevront encore 80 % de l’ICHN en 2019 puis 20 % en 2020. Problème : le règlement européen fixe comme référence le paiement moyen sur la période 2007-2013. À l’époque, l’ICHN était moins élevée, car complétée par la PHAE. Et les laitiers n’y avaient pas droit ! Les éleveurs des zones « sortantes » devraient en 2019, toucher bien moins que 80 % du dernier montant d’ICHN perçu… Voire zéro, pour certains ?