Lors d’un débat houleux, le 13 novembre, avec les députés européens, le commissaire Vytenis Andriukaitis (en photo) a suggéré d’examiner les arguments scientifiques et d’appliquer une « approche fondée sur le bon sens » plutôt que de « créer de la peur ». Il n’y a aucune preuve scientifique que le glyphosate est cancérigène, a-t-il dit. Il a rejeté...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
84%

Vous avez parcouru 84% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !